Comment j'ai arnaqué un site de vente en ligne

Étrangement, on se fait plus souvent arnaquer par les sociétés de services que par les commerçants. Mais depuis l’arrivée du net, toutes les grosses boites de vente ont, à travers leur site, également des activités de services: livraison, crédit, recommandation, assurance, etc.
Et ça fait vite mal : un problème avec ces mastodontes, et on vous envoie directement à la case lettre recommandée suivi d’un dialogue de sourd. Parceque pour payer, c’est en un clic. Mais alors pour résoudre un problème…
Pourtant il m’est arrivé exactement l’inverse: j’ai arnaqué un site de vente en ligne. Et le plus fort, c’est que je suis resté parfaitement honnête.

Acte 1

J’ai eu une idée aussi brillante que celle de se faire un tatouage une soirée de beuverie: je me suis dit que je pourrais faire du sport en travaillant. J’ai donc acheté une velo d’appartement sans guidon  recommandé par David Douillet himself.
Le bidule se révèle inutile: non lesté, il décolle à l’autre bout de la pièce au moindre coup de pédale. Sa forme rend impossible toute tentative de le caler. A moins de le clouer au plancher de mon appart en location, je peux dire adieux à mes séances de dev en mode tour de France. Je vends l’objet de la honte au premier cash center du coin. Je l’oublie une fois que mes amis ont cessé de se foutre de ma gueule.

Acte 2

Quelques semaines plus tard je reçois un email me confirmant que ma commande a bien été expédiée. Je contacte le service après-vente pour vérifier que ce n’est pas une erreur. Comme souvent le SAV ne lit visiblement pas mon email, et m’expédie une réponse pleines d’excuses formatées, m’affirmant qu’on allait faire son possible pour me réexpédier ma commande.
Je pong en lui expliquant que non, j’avais déjà payé et reçu le coli. Merci de fermer ce ticket. Au revoir.

Acte 3

Je reçois rapidement un email me confirmant que ma requête au service après-vente a bien été prise en compte, et que j’allais recevoir mon envoi sous peu. Je décoche alors un email capslocké à forte densité de points d’exclamation qu’on peut résumer par: « ABORT !!!! ABORT !!! ».
Vous reconnaitrez ma profonde droiture, ou ma volonté de ne pas m’encombrer d’un nouveau bidule inutile. Ou tout simplement ma peur de me faire refacturer pour un bout de plastique qu’un certain champion de judo n’utiliserait même pas comme presse papier.

Grand final

Plus de réponse, pas de débit sur mon compte. J’efface l’affaire de mon esprit.
Puis quelques semaines après, nouvel email. Mistergooddeal me rassure: ma demande de remboursement a bien été pris en compte.
Je suis crédité de 44 euros sur mon compte.
o_0

Epilogue

À ces débuts, j’aimais bien ce site. Des bonnes affaires, et un service impeccable. Mais avec le temps les prix ont augmenté, et il est devenu un marchant en ligne parmi d’autres.
J’ai acheté le truc chez eux par pur hasard, mais je crois que mon prochain écran plasma, se sera pour eux. En deux exemplaires, pour le prix d’un. Et remboursé ensuite. Ça me va très bien.
Je crois que cette histoire résume aussi bien un fait que Napoléon avait bien compris: n’attribuez jamais à la malveillance ce qui s’explique très bien par l’ incompétence.
Quand vous avez un problème avec le SAV d’une boîte. Ce n’est pas qu’ils veulent vous rendre la vie difficile. Non, c’est juste qu’ils n’en ont rien à foutre. Ça marche dans un sens, mais aussi dans l’autre. Si un problème survient en défaveur de la boîte, il n’en ont rien à foutre non plus.
Alors bien sur, quand il s’agit de personnes concernées par l’avenir de l’entreprise, les chances sont en votre défaveur (ce qui me parait contradictoire…), mais aujourd’hui le SAV est presque toujours sous-traité à des gens qui n’en ont rien à faire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *